Illustration : Shutterstock

Vous souffrez de douleur chronique? Votre douleur est réelle.

Saviez-vous que…
Des études révèlent qu’entre 18 % et 29 % de la population canadienne adulte souffre de douleur chronique.

Différencier la douleur aiguë de la douleur chronique

La douleur aiguë

La dourleur aïgue est brève (souvent d’une durée de moins de sept jours), survenant après un accident, une infection ou une chirurgie. La douleur aiguë s’inscrit dans le processus de survie d’une personne. En limitant les activités de la personne, la douleur peut prévenir ou minimiser l’aggravation de la blessure.

La douleur chronique

La douleur chronique se caractérise par une douleur localisée ou diffuse :

  • persistant au-delà d’une période normale de recouvrement d’un accident ou d’une maladie (ex. : le zona);
  • associée à un désordre chronique ou à une maladie évolutive ou dégénérative (ex. : l’arthrite);
  • survenant sans avertissement ou progressivement, sans cause identifiable, dans toute partie du corps humain (ex. : la fibromyalgie).

Cette douleur peut rendre la personne atteinte, partiellement ou complètement, incapable de réaliser ses activités quotidiennes. Les répercussions de la douleur chronique peuvent être ressenties tant au plan physique que psychologique, familial, social et économique.

Types de douleur chronique

On peut distinguer les types de douleur selon leur lieu d’origine. La douleur est dite « somatique » lorsqu’elle origine de la peau, des muscles, des ligaments ou des os. La douleur viscérale est générée par un processus inflammatoire originant d’un organe interne plein (par exemple le foie) ou un organe creux (par exemple l’intestin). La douleur neuropathique peut survenir lors d’une lésion nerveuse ou un mauvais fonctionnement d’un nerf. Selon l’origine de la douleur, les malaises que vous allez ressentir seront différents.

Il est important de bien décrire votre douleur et vos symptômes à votre médecin. Même si vous ne voyez pas de lien entre eux, votre médecin a besoin de cette précieuse information pour mieux diagnostiquer votre état.

Si vous souffrez de douleur chronique, vous devez agir immédiatement pour trouver de l’aide et prendre votre douleur en main.

Les quatre gestes que vous devez poser

  1. Consultez votre médecin de famille ou un médecin en clinique médicale ou en CLSC. C’est le geste le plus important que vous puissiez poser pour vous-même. Le médecin peut vous aider. S’il le juge nécessaire, il pourra vous donner une demande de consultation pour une clinique de la douleur dans votre région. Lorsque vous aurez cette demande de consultation, faites une liste de tous les symptômes que vous ressentez et décrivez votre douleur avec des mots courts, précis avant de téléphoner à la clinique de la douleur près de chez vous pour prendre rendez-vous.Si vous êtes déjà suivi par un médecin pour votre douleur, assurez-vous que toutes les solutions de traitement ont été envisagées. Certaines maladies peuvent être traitées de différentes façons selon les cliniques de douleur, l’approche préconisée ou les solutions globales qu’elles vous offrent et l’intervention de différents professionnels. En général, une équipe de professionnels est nécessaire pour soigner la douleur chronique.
  2. S’il y a lieu, brisez le silence entourant votre situation. Si vous ressentez du découragement ou du désespoir, vous devez obtenir de l’aide immédiatement. Parlez de votre état de découragement à votre médecin et / ou demandez-lui une référence pour une consultation en psychologie ou en relation d’aide pour prendre rendez-vous.
  3. Brisez votre isolement. Vous pouvez vous joindre à divers groupes d’aide ou à une association dédiée à la douleur chronique. Le CLSC de votre région peut probablement vous aider. Partager votre épreuve avec d’autres personnes qui souffrent de douleur chronique peut vous aider à mieux composer avec votre situation.
  4. Prenez soin de vous. Même si vous avez de la douleur, il faut continuer de prendre soin de vous. Vous devez continuer à être actif, au moins 30 minutes par jour, si cela s’avère possible. Dans le cas contraire, vous perdrez rapidement votre forme physique et la retrouver sera un processus plus long.

Les traitements de la douleur chronique

Les opioïdes

Il faut savoir que la famille des opioïdes, qui inclut la morphine et la codéine, est une pierre angulaire dans le traitement de la douleur. Indiqués pour le traitement de la douleur chronique, les opioïdes sont généralement peu prescrits par les médecins. Pourquoi ? Bien des craintes et tabous les alimentent, par exemple, une crainte exagérée du risque de dépendance. Contrairement à ce qui est souvent véhiculé, ce risque est très faible chez les personnes qui souffrent de douleur chronique. Malheureusement, elles souffrent souvent inutilement, victimes de leurs propres tabous, des préjugés de leur entourage et parfois des craintes de leur médecin traitant. Il faut plutôt encourager l’usage approprié des opioïdes.

Les anti-inflammatoires non stéréoïdiens (AINS)

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) incluent l’aspirine et de nombreux autres composés. Ils sont utilisés pour soulager plusieurs types de douleur, incluant la douleur chronique. On a souvent recours aux AINS lorsque le malaise est lié à de l’inflammation ou lorsque la douleur est légère ou modérée. En général, on essaie de les utiliser le moins longtemps possible, pour éviter le risque d’effets secondaires.

Les analgésiques

Les analgésiques sont des médicaments que l’on prend pour soulager la douleur et ils peuvent être utiles dans le traitement de la douleur chronique. L’analgésique le mieux connu et le plus souvent utilisé est l’acétaminophène. D’autres agents, comme par le tramadol, peuvent être utilisés.

Les co-analgésiques

Les co-analgésiques sont des AINS initialement conçus pour d’autres usages que le traitement de la douleur. Ils peuvent avoir des effets analgésiques importants; on ne devrait pas avoir peur de les utiliser s’ils sont recommandés par un médecin.

Si vous souffrez ou croyez souffrir de douleur chronique, discutez avec votre médecin ou votre pharmacien. Plusieurs options de traitement sont disponibles. Vous pouvez également faire appel à l’Association québécoise de la douleur chronique, ou consulter leur site internet auwww.douleurchronique.org.