Qu’est-ce que l’hypothyroïdie ?

Il s’agit d’une maladie relativement fréquente. Elle se manifeste plus souvent chez la femme que chez l’homme, et sa fréquence augmente avec l’âge. Au Canada, environ 1% des adultes souffrent d’hypothyroïdie. Chez les femmes âgées, la proportion augmente jusqu’à 10% à 20%.

On parle d’hypothyroïdie lorsque la glande thyroïde devient incapable de fabriquer des quantités suffisantes d’hormones thyroïdiennes. La thyroïde est une glande en forme de papillon située à la base du cou, au-dessous du larynx. Une glande est un organe qui sécrète des hormones. Le rôle de la thyroïde est primordial. Elle agit comme chef d’orchestre de plusieurs fonctions hormonales, et régule la «vitesse» du fonctionnement de certaines cellules et organes du corps. Les hormones qu’elle sécrète se nomment «hormones thyroïdiennes», et comprennent la T3 et la T4.

Le manque d’hormones thyroïdiennes a de multiples effets sur les tissus et les fonctions biologiques de l’organisme.

Comment reconnaître l’hypothyroïdie ?

L’hypothyroïdie entraîne généralement une constellation de symptômes. Ils apparaissent souvent de façon graduelle, lorsque l’insuffisance en hormones est bien installée, mais leur intensité dépend du degré de déficit hormonal. Il est parfois difficile de poser un diagnostic, car les symptômes de l’hypothyroïdie peuvent être confondus avec ceux de plusieurs autres maladies ou affections. Les symptômes d’hypothyroïdie constituent des signes d’un ralentissement global du métabolisme (ensemble des réactions chimiques dans l’organisme), causé par la baisse d’hormones thyroïdiennes. Chez l’adulte, ils comprennent, par exemple:

  • visage enflé;
  • peau sèche, pâle et froide;
  • diminution de la transpiration;
  • cheveux ou ongles secs, cassants (qui poussent plus lentement);
  • problèmes d’audition;
  • prise de poids ou difficulté à en perdre;
  • intolérance au froid (frilosité);
  • constipation;
  • voix grave ou rauque;
  • manque d’énergie, fatigue, somnolence;
  • dépression, modifications de l’humeur;
  • diminution des réflexes;
  • crampes et raideurs musculaires;
  • rythme cardiaque ralenti;
  • changements au niveau des menstruations.

Il peut parfois y avoir un important délai entre le début des symptômes et le diagnostic.

Comment confirmer le diagnostic?

En vue de dépister ou de confirmer un diagnostic d’hypothyroïdie, votre médecin vous demandera d’avoir une prise de sang. Un tel test permettra d’évaluer les niveaux d’une certaine hormone dans votre sang, appelée la TSH (thyroid stimulating hormone). En cas d’hypothyroïdie, les taux de cette hormone seront élevés. Cela s’explique par le fait qu’une autre glande, l’hypophyse, tente d’envoyer un message à la thyroïde de produire plus d’hormones thyroïdiennes, mais en vain… Les deux hormones principales produites par la thyroïde, la T3 et la T4, seront retrouvées en plus faible quantité dans le sang, témoignant de la difficulté de la thyroïde à les produire. Il se peut que le médecin vérifie également les niveaux de T4 pour confirmer le diagnostic.

Pourquoi doit-on traiter l’hypothyroïdie ?

On traite d’abord l’hypothyroïdie dans le but de corriger les symptômes et ramener l’état de santé de la personne. En plus de causer des symptômes incommodants, l’hypothyroïdie peut entraîner des complications médicales, graves dans certains cas. Ainsi, l’hypothyroïdie non traitée peut être la cause:

  • de goître (élargissement de la thyroïde, qui crée une bosse dans le cou);
  • d’hypercholestérolémie (cholestérol trop élevé);
  • de problèmes de coeur;
  • de complications obstétricales chez la femme enceinte;
  • de coma myxoedémateux (condition très rare, dans les cas les plus graves).

Chez l’enfant non traité, on observe des retards importants de croissance physique et de développement intellectuel irréversibles, appelés communément crétinisme. Le recours à d’autres médicaments peut parfois s’avérer nécessaire.

Quels sont les traitements ?

L’hypothyroïdie est une maladie qui ne se guérit pas mais qui se contrôle très bien. Le traitement réside généralement dans la prise de suppléments externes d’hormones thyroïdiennes synthétiques (dérivés de T4). Le médicament disponible sur le marché à cet effet est la lévothyroxine.

La lévothyroxine doit être prise une fois par jour, toujours au même moment. Votre pharmacien peut vous conseiller sur le meilleur moment de la journée, en tenant compte de votre alimentation et des autres médicaments que vous prenez. Pour obtenir de bons résultats, vous devrez prendre votre médicament tous les jours, assidûment, et ce même si vous n’éprouvez aucun symptôme. Les résultats apparaîtront en quelques semaines (environ 4 à 8 ) après le début du traitement.

La lévothyroxine est généralement bien tolérée et entraîne peu d’effets secondaires.

Les personnes atteintes d’hypothyroïdie devront prendre leur médicament toute leur vie. Périodiquement, votre médecin vous demandera de faire prendre des prises de sang, pour vérifier vos taux d’hormones thyroïdiennes. Il est important que vous adhériez strictement à ses recommandations en ce qui concerne les prises de sang. Il se peut qu’il modifie le dosage de votre médicament en fonction des résultats de celles-ci.

Il existe d’autres traitements, éprouvés scientifiquement ou non, disponibles sur le marché pour le traitement de l’hypothyroïdie. Ces traitements ne sont pas discutés dans le présent document. Si vous envisagez l’utilisation d’autres thérapies que celle prescrite par votre médecin (comme par exemple des produits naturels), assurez-vous que ce dernier soit au courant et approuve votre choix. De tels produits ne peuvent remplacer la prise de lévothyroxine, qui demeure essentielle.