Qu’est-ce que le zona?

Le zona est causé par une réactivation du virus de la varicelle, qui était resté latent de nombreuses années dans l’organisme après que cette maladie se soit manifestée chez l’individu. Après avoir causé les désagréments de la varicelle, le virus s’installe à demeure dans des ganglions, et il attend l’occasion de pouvoir se manifester à nouveau. Ainsi, la plupart des adultes sont porteurs du virus du zona, appelé « virus zona-varicelle ». On estime que près d’une personne sur trois aura le zona au cours de sa vie.

À qui s’attaque le zona?

Le zona affecte surtout les personnes âgées (60 ans ou plus), et les personnes dont le système immunitaire est affaibli. Le cancer, certaines infections ou maladies (par ex., le sida), de même que certains traitements (médicaments, chimiothérapie, radiothérapie) peuvent compromettre les mécanismes de défense du système immunitaire. De belles occasions pour le virus de prendre le dessus !

Comment reconnaître le zona?

On reconnaît le zona par une réaction de la peau bien caractéristique et localisée. Les lésions apparaissent sous forme de vésicules rouges disposées en grappes sur la peau, le plus souvent sur le thorax, mais parfois sur le dos, les fesses, les membres, et parfois au visage ou sur le cuir chevelu. Démangeaisons intenses, picotements, sensation de brûlure ou douleur sont au rendez-vous, et précèdent souvent l’apparition de lésions. En l’absence de traitement, les lésions du zona durent en moyenne trois semaines.

Le zona est-il contagieux?

On ne peut transmettre le zona, mais on peut transmettre le virus de la varicelle. Le liquide contenu dans les vésicules contient le virus, alors une personne ne l’ayant jamais eu peut l’attraper. Pour se propager, le virus doit être en contact avec une muqueuse, comme par exemple les yeux, la bouche, ou le nez. Il est important de bien se laver les mains pour éviter la contamination d’une personne à l’autre. Dans certaines situations, éviter les contacts peut être de mise. Les femmes enceintes, les nouveau-nés et les personnes ayant un système immunitaire affaibli doivent être particulièrement prudents.

Quelles sont les conséquences du zona?

La conséquence la plus commune du zona consiste en une douleur nerveuse persistante que l’on appelle la « névralgie postzona ou postzostérienne ». Elle est due au fait que des nerfs ont été endommagés par l’attaque du virus, et elle survient chez environ 50% des personnes ayant eu le zona. Elle est souvent décrite comme une « sensation de décharge électrique ». Elle peut durer des semaines, des mois, et dans certains cas plus rares, toute la vie. L’insomnie, la fatigue, la dépression et le retrait social accompagnent parfois la douleur. D’autres conséquences médicales sont possibles, mais elles sont plus rares. Celles-ci comprennent par exemple la perte de vision (si atteinte aux yeux), la paralysie du visage et les infections de la peau.

Comment traiter le zona?

Si vous croyez être atteint de zona, consultez un médecin le plus tôt possible. Une prise en charge médicale précoce permet de réduire l’intensité de la maladie et de ses complications. Vous devez suivre les instructions de votre médecin à la lettre.

Les antiviraux :
Ces médicaments sont capables de combattre le virus du zona. Pour être bien efficaces, ils doivent être pris dès l’apparition des premiers signes de zona. Leurs effets consistent principalement en une guérison accélérée, une réduction de la douleur aiguë et de la névralgie postzona. Ces médicaments nécessitent une ordonnance médicale. Ils sont généralement bien tolérés (peu d’effets secondaires).

Les analgésiques (antidouleur) :
Si vous ressentez de la douleur, il se peut que votre médecin vous prescrive ou vous suggère l’usage d’un analgésique, avec ou sans ordonnance. En cas de douleur aiguë pendant l’épisode de zona, mentionnons à titre d’exemple l’acétaminophène (Tylenol®, etc.) ou l’ibuprofène (Motrin®, Advil®, etc.) qui sont pris au besoin. D’autres types de médicaments plus puissants peuvent être requis pour soulager la douleur.

Si vous souffrez de névralgie postzona, le médecin pourrait vous prescrire un traitement sous forme de médication orale, topique ou d’injection. Ces médicaments nécessitent généralement une ordonnance médicale.

Comment prévenir le zona?

Le meilleur moyen de prévenir le zona serait de ne jamais attraper le virus de la varicelle… ce qui n’est pas si simple, vous en conviendrez. Peu de mesures préventives existent contre le zona. Bien manger, faire de l’exercice et se reposer adéquatement sont des moyens de favoriser le maintien d’un système immunitaire compétent.

Heureusement, il existe désormais un vaccin destiné aux personnes âgées de 60 ans et plus qui ont déjà eu la varicelle. Une étude menée par le fabricant auprès de plus de 38 000 hommes et femmes âgées de 60 ans et plus indique que le vaccin réduit d’environ 50 % les risques d’avoir le zona1. Ce vaccin a aussi diminué le nombre de cas de névralgie postzona, ainsi que la durée et la gravité des symptômes.